Comment réussir en tant qu’entrepreneur – Le guide du développeur pour la stratégie et la conception d’une startup

Selon l’enquête 2018 sur les nouveaux codeurs de freeCodeCamp, 40,3 % des participants souhaitent créer leur propre entreprise, soit en tant que freelance, soit en tant qu’entrepreneur.

Si vous faites partie de ces 40,3 %, alors cet article est pour vous. Si vous faites partie des 59,7 % restants, vous pouvez quand même en profiter. Faites-en l’essai.

Il ne s’agit pas d’un « guide pour les nuls de la stratégie et de la conception » ou d’un article « stratégie et conception 101 ». Cet article est écrit spécifiquement pour les développeurs. Pas seulement les développeurs de logiciels, mais aussi les développeurs no-code. (Un grand merci à mes camarades d’ODNC1 qui m’ont encouragé à écrire cet article)

Table des matières et mode d’emploi de ce guide

Cet article est long. En fait, il ne s’agit pas d’un article, mais d’un guide. Il est donc préférable de lire le prologue et de parcourir rapidement le guide. Ensuite, commencez à appliquer les méthodes plutôt que de lire l’ensemble du texte et d’essayer de l’intérioriser.

Vous ne pouvez intérioriser ce guide qu’en l’appliquant.

Pour commencer

  1. Qu’est-ce que la stratégie ?
  2. Les principales composantes d’une stratégie d’entreprise
  3. La stratégie, l’esprit scientifique et le développement de logiciels

Un guide brut de la stratégie et de la conception pour les développeurs

  1. Comment définir votre objectif
  2. Comment développer des hypothèses stratégiques
  3. Comment tester les hypothèses stratégiques
  4. Comment concevoir votre produit
  5. Conclusion

La structure du guide

Ce guide est structuré de manière à rendre très claires les actions que vous devez entreprendre. Ainsi, dans chaque section, vous trouverez un peu de contexte, puis des actions à entreprendre.

Il est essentiel que vous lisiez le contexte dans son intégralité avant d’agir, afin de bien comprendre le rôle que joue l’action dans le contexte général.

Je sais que la stratégie et la conception peuvent sembler, eh bien, floues. Je le sais parce que je suis passé par là.

Je suis ingénieur. J’aime la physique et les mathématiques. J’aime décomposer les défis en éléments et les surmonter un par un en utilisant la logique. J’aime travailler avec des hyperréalistes qui pensent de manière rationnelle. J’aime voir les processus comme des fonctions qui prennent certaines entrées et produisent certaines sorties. J’aime tout cela et plus encore.

Cependant, je suis aussi un stratège et un concepteur. Je sais que tout n’a pas de raisons naturelles d’être ainsi.

Parfois, elles sont purement basées sur un choix. Je sais que les gens sont irrationnels, tout en étant prévisibles. Je sais que les gens accordent autant d’importance aux avantages sociaux et émotionnels qu’aux avantages fonctionnels, si ce n’est plus.

Je sais donc que le fait de réunir les mentalités en matière de stratégie, de conception et d’ingénierie augmente considérablement nos chances d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. J’en suis témoin jour après jour grâce à mon travail chez ATÖLYE, où je suis directeur des entreprises.

Mais si vous ne me croyez pas, j’espère que vous croirez aux données. C’est peut-être l’une des statistiques les plus tristes que vous ayez jamais vues ( !):

CB Insights - Top 20 Reasons Startups Fail
Les 20 principales raisons de l’échec des startups – CB Insights

Lesconclusions de CB Insights font froid dans le dos. 42% des startups échouent simplement parce qu’on n’a pas besoin d’elles.

Imaginez ça : Vous avez quitté votre emploi, et peut-être risqué votre réputation. Vous avez levé des fonds auprès de vos amis, de votre famille et d’investisseurs. Vous avez commencé à vivre avec un très petit budget. Vous avez travaillé sans relâche, 12 heures par jour, si ce n’est plus… et au bout d’un an, vous vous rendez compte que vous n’avez pas besoin de ce pour quoi vous vous êtes démené pendant tout ce temps. Ça ne vous fait pas froid dans le dos ?

La stratégie et la conception vous aident à minimiser les risques d’échec. Comment ? Une bonne stratégie et une bonne conception nous amènent à créer des entreprises durables fondées sur les besoins et/ou les souhaits des clients et sur les avantages concurrentiels. En outre, elles impliquent de tester des hypothèses et d’itérer constamment.

Ce sont d’excellents outils pour nous sortir de la complexité… mais laissons de côté les louanges de la stratégie et de la conception et passons à la pratique. Nous commencerons par nous mettre d’accord sur une définition, car la signification de la stratégie est très variable.

Qu’est-ce que la stratégie ?

La stratégie est l’un de ces concepts que tout le monde comprend lorsqu’on l’entend, mais que deux personnes ne comprennent pas de la même manière.

De manière très générale, la stratégie est un plan de haut niveau visant à atteindre des objectifs prédéterminés. Cependant, dans un contexte commercial, elle a une définition plus spécifique. Voici comment je la décrirais :

La stratégie est un ensemble d’hypothèses qui décrivent un ensemble de choix clés intégrés, d’actions clés et un cadre de mesure des progrès pour atteindre les objectifs de l’entreprise.

Nous élaborons des stratégies parce que nous pensons que la réalisation des objectifs nous aidera à atteindre notre but.

Les principales composantes d’une stratégie d’entreprise

Vous trouverez ci-dessous les principales composantes les plus pertinentes pour un fondateur de startup au début de son parcours.

Si nous devions considérer une entreprise établie plutôt qu’une startup en phase de démarrage, nous devrions penser aux avantages concurrentiels, aux capacités essentielles, aux systèmes de gestion et – selon le type d’entreprise – à quelques composants plus spécifiques.

Ce qu’il faut retenir, c’est que, quel que soit le nombre de composantes, elles doivent toutes être intégrées aux principales composantes énumérées ci-dessous.

La raison d’être de l’entreprise

Qu’est-ce qui vous pousse à faire des affaires ? Quel impact et quelle valeur voulez-vous créer ? Que voulez-vous obtenir en retour à l’adresse ? Comment cela est-il mesuré (directement ou indirectement) ?

J’énumère ces éléments en premier parce que c’est la base, idéalement, sur laquelle toutes vos décisions seront prises. Si vous avez des doutes, si les choses sont trop difficiles à comprendre ou si des options mutuellement exclusives sont aussi attrayantes, vous reviendrez à la base et chercherez des conseils.

Définition du marché

Qui sont les clients, les utilisateurs, les concurrents, les régulateurs et les autres acteurs principaux qui prennent part à l’échange de valeur que vous voulez créer ?

La définition du marché et la proposition de valeur sont extrêmement liées. C’est pourquoi je les énumère l’une après l’autre. Sans une définition précise, voire discriminante (comme le fait de choisir consciemment de ne pas être en concurrence sur certains marchés et donc de ne pas servir certains clients) d’un marché, nous ne pouvons pas définir de propositions de valeur significatives.

Disons que vous développez un produit d’analyse. Si vous vous concentrez sur les applications mobiles, vous  » discriminez  » les applications Web et vos propositions de valeur seront façonnées par ce choix.

Proposition de valeur

Votre proposition de valeur est ce que vous devez offrir à vos clients (et, si vous pensez de manière plus écosystémique, à tous les acteurs d’une relation donnant-donnant) en échange de la valeur que vous leur demandez.

Voir aussi :  Hébergement WordPress d'OpusDomus : les avantages

Par exemple, les clients vous versent de l’argent, les utilisateurs peuvent vous fournir des données, les partenaires peuvent vous aider à atteindre les clients, le gouvernement est censé garantir un marché équitable, etc.

Les propositions de valeur ne sont pas les mêmes que les produits, les caractéristiques ou les services. Une façon simple de distinguer les propositions de valeur est de répondre à la question suivante : « Comment nos clients bénéficieront-ils de l’utilisation de notre produit ? » (Et, encore une fois, vous pouvez étendre cette question à tous les acteurs clés de votre marché en vous demandant : « Comment cet acteur clé bénéficiera-t-il de faire partie de l’équation de valeur que je crée ? »)

Comme cette question l’implique, ce n’est pas le produit lui-même que votre client recherche. Ce sont les avantages que vos clients espèrent tirer de l’utilisation de votre produit.

Une différenciation significative

Pourquoi les clients choisissent-ils votre produit plutôt que tous les autres produits ou moyens d’obtenir les avantages qu’ils recherchent ? Qu’est-ce qui fait que vous leur convenez mieux ?

Comment créez-vous cette adéquation ? Comment faites-vous cela différemment de vos concurrents ? Combien de temps pouvez-vous conserver cette différence ?

Que pouvez-vous faire pour éloigner la concurrence ? Comment pouvez-vous rendre la concurrence insignifiante pour vos clients ?

Comme l’explique la théorie des tâches à accomplir (JTBD), les tâches (les choses que les gens essaient de faire à l’aide de produits) ne changent pas. Les produits changent, mais les emplois restent plus ou moins les mêmes.

Prenons l’exemple des déplacements domicile-travail. La façon dont nous nous déplaçons a connu une évolution constante qui a amené les voitures électriques autonomes dans nos vies. Cependant, le travail consistant à se rendre d’un point à un autre existe depuis le tout début.

À chaque étape de cette évolution, de plus en plus de nuances sont abordées. Cependant, au fond, le travail reste le même.

La différenciation ne consiste donc pas à inventer de nouveaux emplois, mais à trouver des moyens nouveaux et significatifs de contribuer à l’accomplissement de ces tâches.

Le prix n’est qu’un moyen parmi d’autres de se différencier. Les caractéristiques, les avantages, l’expérience globale, les nuances que vous choisissez d’aborder – il existe d’innombrables façons de se différencier.

Cependant, une différenciation significative et durable est difficile. C’est difficile parce qu’il est plus facile que jamais de copier. C’est difficile parce que le développement de logiciels (à moins qu’il ne s’agisse de quelque chose de très avancé) est de plus en plus facile. Un bon design est plus accessible que jamais.

Nous avons donc besoin de plus que du design et de la technologie pour maintenir une différenciation significative. Nous reviendrons sur ce point dans la section consacrée au design.

Stratégie, état d’esprit scientifique et développement de logiciels

La stratégie consiste à élaborer des hypothèses à partir d’un mélange de raisonnement déductif et inductif, puis à mesurer les progrès réalisés par rapport aux objectifs.

Elle nous oblige à décomposer les choses (marchés, propositions de valeur, différenciation, etc.) en leurs parties (clients, acheteurs, utilisateurs, partenaires, régulateurs, produits, services, expérience, image de marque), à les comprendre individuellement, puis à les fondre ensemble pour créer un tout cohérent (une entreprise).

C’est à la fois extrêmement analytique et holistique. Je trouve ces aspects de la stratégie très proches de l’esprit scientifique.

Cette similitude me rappelle également le rôle d’un architecte logiciel. Ils sont chargés d’un défi similaire. Le niveau d’incertitude et de complexité, bien que très différent dans leur nature, est similaire.

Ils disposent tous deux d’un certain niveau d’informations pour prendre des décisions, mais jamais d’une vue d’ensemble. Ils ont tous deux besoin de développer des hypothèses et de les tester avant de s’engager pleinement dans une approche particulière.

Surtout, ils sont tous deux conscients qu’il n’existe pas une seule façon d’atteindre les objectifs, ce qui signifie qu’ils doivent faire des choix. Ils veulent donc que tous les autres éléments qui viendront s’ajouter à leur stratégie/architecture soient cohérents avec leurs choix clés.

Et cette similitude m’amène à me demander pourquoi tant d’ingénieurs et de développeurs prennent leurs distances par rapport à la stratégie. Probablement à cause de la façon dont on parle de la stratégie et dont on la positionne dans les entreprises, mais aussi dans l’éducation. C’est très triste et il faut que cela change.

Les définitions sont importantes. Elles nous aident à développer notre propre langage et à communiquer. Maintenant que notre langage est en place, passons à l’exécution.

Le guide ci-dessous est brut à dessein. Il est brut parce que je ne veux pas mettre trop l’accent sur le guide lui-même.

Il est brut parce que vous êtes un développeur qui essaie de faire décoller quelque chose. Vous n’êtes pas un stratège ou un responsable de la conception dans une entreprise.

Il est brut parce qu’il vise à atteindre le point idéal qui vous permet d’obtenir 80 % des résultats avec 20 % de l’effort.

Et c’est approximatif parce que c’est ma première tentative de l’adapter aux développeurs et que je veux tester cette hypothèse avant de m’engager pleinement. C’est tellement méta, n’est-ce pas ? 🙂

Comment définir votre objectif

Commencez par l’intérieur

Qu’espérez-vous réaliser pour vous-même ? Une activité secondaire ? Un projet d’apprentissage ? L’entreprise de votre vie ?

Décrivez une journée de votre vie en supposant que tout s’est bien passé et que vous avez réussi. À quoi ressemble une journée habituelle ?

Continuez avec les autres

Encore une fois, imaginez que tout s’est bien passé et que vous avez réussi. Quel impact ce succès a-t-il eu sur la vie de vos clients, utilisateurs et partenaires ? Comment les choses ont-elles changé pour eux ?

Action: Résumez et affichez. Essayez de tout résumer en un paragraphe qui décrit un état futur pour vous et vos clients. Réécrivez et réécrivez encore.

Faites attention à chaque mot que vous utilisez et assurez-vous que le paragraphe vous convient. Puis imprimez-le et gardez-le bien en vue dans votre environnement de travail.

Comment développer des hypothèses stratégiques

Commencez par les clients

Vouloir servir le plus grand nombre de personnes possible est une excellente chose. Cependant, il est très difficile de créer un produit qui servira la majorité d’un grand marché dès le premier jour.

Il existe de nombreuses raisons qui empêcheront vos clients cibles de changer leur façon d’effectuer leur travail : Les coûts de changement, la résistance humaine au changement et même l’inertie peuvent être considérés comme des raisons.

Alors, si le changement est si difficile, que faire ? Nous commençons par un groupe très spécialisé de personnes qui sont les plus ouvertes au changement. Donc, naturellement, c’est une toute petite partie du marché potentiel. C’est ainsi que cela doit se passer

Voir aussi :  Comment créer un sélecteur de mode sombre avec Tailwind CSS et Flowbite

Penser en termes de stratégie océan bleu est très utile pour identifier les personnes les plus ouvertes au changement. Posez-vous la question :

  • Qui est le plus insatisfait des solutions actuelles ? Pourquoi ?
  • Qui a besoin d’une solution mais trouve qu’aucune des options n’est assez bonne ? Pourquoi ?
  • Qui est méprisé par les leaders actuels du marché ? Pourquoi ?
  • Quelles sont les caractéristiques communes de ces personnes ?
  • Est-ce que je connais quelqu’un qui correspond à cette description ?
  • Où puis-je trouver d’autres personnes comme elles ?

Puis allez leur parler. Cet article contient TOUT ce que vous devez savoir sur l’approche « Jobs to Be Done ».

Action : Si vous voulez quelque chose d’un peu plus simple pour les entretiens avec les clients, utilisez cet article sur l’idée de « pousser et tirer » pour clarifier qui sont vos clients et ce dont ils ont besoin.

Identifiez vos propositions de valeur

Nous apprécions les avantages pratiques. Nous attendons des produits qu’ils offrent d’abord des avantages pratiques. C’est certain.

Cependant, surtout dans le domaine des logiciels, les avantages pratiques ne sont pas suffisants pour se différencier de manière significative. Ils sont faciles à copier. « C’est ainsi que fonctionne l’industrie technologique ». Alors, que pouvons-nous faire ?

Heureusement, les gens sont des êtres sociaux et émotionnels. Nous pouvons donc ajouter des avantages sociaux et émotionnels au mélange et fournir plus de valeur tout en rendant la copie plus difficile.

Les avantages sociaux et émotionnels sont les choses qui font dire aux gens « oui, c’est similaire mais pas pareil… ».

Pensez à un produit que vous aimez vraiment. Pas seulement son fonctionnement, mais aussi la sensation d’utiliser ce produit. Comparez-le ensuite à une alternative qui accomplit le même travail pratique (fonctionnel, comme on l’appelle en théorie). Voyez comment vous vous sentez.

Alors, comment savoir quelle valeur sociale et émotionnelle fournir ? Tout d’abord, cela vient de vos entretiens. Vous devez prêter attention à des éléments qui vont au-delà de la fonctionnalité.

Deuxièmement, cela vient de vos choix. Oui, vos choix. Il y aura beaucoup d’options pour fournir des avantages sociaux et émotionnels. Vous devez choisir celles qui correspondent le mieux à votre objectif.

Action : Utilisez les éléments de valeur de Bain pour identifier vos options. Il existe également une version B2B.

Définissez votre position

Maintenant, vous allez rendre les choses parfaitement claires en définissant votre position. Pour ce faire, vous définirez des polarités.

Les polarités sont utiles parce que c’est essentiellement la façon dont nous distinguons les choses. Pensez au rôle du contraste dans notre capacité à voir. De même, nous avons besoin d’un contraste clair pour les choses que nous faisons et celles que nous ne faisons pas. Cela nous aidera à clarifier notre champ d’action et à cristalliser nos propositions de valeur pour le groupe de personnes très spécialisé que nous ciblons.

Action : Utilisez la technique du « plus sur moins sur » pour définir votre position.

Comment tester les hypothèses stratégiques

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les tests sont plus un art qu’une science. Certes, il est au cœur de la méthode scientifique, mais la conception de tests requiert de l’imagination plutôt que de l’analyse. L’analyse ne vient qu’après avoir effectué le test.

Examinons un aperçu de très haut niveau du processus de test :

  1. Décidez de ce qu’il faut tester et des résultats à considérer comme une réussite. En d’autres termes, quels sont les chiffres et/ou les réactions qui montreraient que vos hypothèses sont valables.
  2. Concevez un test dont vous pouvez faire confiance aux résultats et qui peut être exécuté aussi rapidement et économiquement que possible. C’est là que vous avez besoin de plus d’imagination et de divergence (élargir les options sans les juger) plutôt que d’analyse.
  3. Effectuez quelques essais à blanc pour éviter les échecs dus à de simples erreurs. Tirez des leçons des essais à blanc et itérez.
  4. Exécutez le test et suivez de près les résultats pour en tirer des enseignements.
  5. Analysez les résultats et décidez des prochaines étapes en fonction de ce que vous avez appris.

Les tests sont extrêmement tactiques et dépendent du contexte. C’est ce qui fait que les tests sont pour moi plus un art qu’une science.

C’est pourquoi, au lieu de suivre un processus strict, je pense que vous feriez mieux de vous inspirer des articles suivants et de trouver votre propre façon de tester. Comme le ferait un artiste.

Actions

Comment concevoir votre produit

Maintenant que vous avez élaboré des hypothèses stratégiques et que vous les avez testées, il est temps pour vous de construire des choses, non ? Faux. Pas si vite.

L’un des plus grands points faibles que je vois dans les startups dirigées par des développeurs (logiciels, low-code, no-code) est la conception. La conception avec un D majuscule.

Qu’est-ce que je veux dire par « Design avec un D majuscule » ? Souvent, le travail de conception dans l’industrie du logiciel est réduit à l’aspect et au toucher des choses. Parfois, les gens vont au-delà et ajoutent l’élément de simplicité au mélange. Ils rendent les choses faciles et belles.

Mais la conception de produits ne s’arrête pas là. Il y a plus. Beaucoup plus.

Comment cela ? Eh bien, tellement plus que j’ai écrit l’article ci-dessous pour décrire mes principes personnels de conception et de gestion des produits. Je ne pense pas que vous ayez besoin de le lire ou de créer vos propres principes, car je suppose que votre objectif est de créer votre propre entreprise. Pas de devenir un concepteur ou un gestionnaire de produits.

Cependant, je vous recommande vivement de lire les sections Design et Stratégie de marque de cet article si vous êtes curieux de savoir ce que j’entends par « Design avec un D majuscule ».

Premiers principes pour la conception et la gestion des produits

La conception de produits est un domaine extrêmement complexe. Comme sur la photo ci-dessus, il y a beaucoup, beaucoup de choses à prendre en compte et elles ne sont pas dans un ordre évident. Que faire dans une telle incertitude ? Le très..

1*BmtWef6zYwt4noOgUJ9FrA
Rédigé en 2017

Laissons de côté les discussions philosophiques et passons à la pratique. Vous trouverez ci-dessous un aperçu du processus que je recommande pour la conception de votre produit. J’ai résumé la philosophie qui sous-tend ce processus dans l’article ci-dessus :

À moins de devoir inventer quelque chose de nouveau, il vaut mieux utiliser des modèles, des heuristiques et des principes sans oublier de les adapter au problème à résoudre. De cette façon, nous donnerons aux gens (utilisateurs et propriétaires d’entreprises) ce qu’ils veulent : Du familier fait différemment

.

Prenez en compte le contexte de vos clients

Commencez par prendre en compte le contexte immédiat dans lequel vos clients utilisent votre produit.

Que se passe-t-il ? Que s’est-il passé avant ? Que se passera-t-il après ? Qu’essaient-ils de faire ? Comment se sentent-ils dans cette situation ? En bref : ne vous concentrez pas sur le « pourquoi ». Concentrez-vous sur le « quand ».

Voir aussi :  Qu'est-ce que le design graphique ? Le métier de graphiste expliqué en langage clair et simple

Considérez les autres produits qu’ils utilisent pour accomplir leurs tâches par rapport à votre produit, ainsi que les produits des concurrents.

Comment ces produits fonctionnent-ils ? Comment parlent-ils d’eux-mêmes ? Y a-t-il des modèles communs dans leur conception, leur image de marque ?

Si votre produit fonctionne bien avec des produits apparentés et s’il est familier à vos clients, il est plus probable qu’ils l’adopteront.

Dressez la liste des caractéristiques de votre produit et choisissez les plus importantes

Il est important de dresser la liste des caractéristiques de votre produit, puis de choisir vous-même quelques étoiles du Nord

Vous » volerez comme un artiste » à partir de ces étoiles du Nord.

Disons que votre produit comporte une fonction de questions-réponses. Quora serait une bonne étoile du Nord, car il s’agit d’un site de questions-réponses qui existe avec succès depuis de nombreuses années.

Vous pouvez également choisir des étoiles du Nord pour votre image de marque, votre apparence et votre convivialité. L’essentiel est de les considérer comme un point de départ solide plutôt que comme des éléments à imiter.

Approfondissez vos étoiles polaires.

Si vous avez choisi une étoile polaire pour une caractéristique spécifique, utilisez-la plusieurs fois. Essayez de la briser. Prenez des notes sur la façon dont vous feriez les choses différemment et pourquoi. Faites de même pour toutes vos étoiles polaires.

Commencez votre conception par un flux d’utilisateurs, et non par une structure filaire ou une quelconque technique visuelle. L’une des plus grosses erreurs que vous pouvez commettre est de commencer à concevoir l’interface utilisateur (comme les écrans). Comme j’aime à le dire, « N’oubliez pas que nous ne concevons pas des objets. Nous concevons des comportements » Il faut donc commencer par les actions plutôt que par les interfaces.

Décomposez votre produit en fonctionnalités

Vous devrez créer des flux d’utilisateurs pour chaque fonctionnalité, mais comment décomposer votre produit en fonctionnalités ?

Heureusement, Ryan Singer a fait une démonstration de la manière dont il utilise la sténographie de l’interface utilisateur et dont il décompose les choses en leurs parties. Regardez la vidéo en entier.

Utilisez la sténographie de l’interface utilisateur de Ryan Singer

pour concevoir les flux d’utilisateurs.
Cela vous fera gagner des heures, voire des jours. Il se peut que vous ayez des idées pour l’interface pendant la conception du flux d’utilisateurs. Gribouillez-les quelque part et prenez-en note, mais ne vous y intéressez pas tant que vous n’avez pas terminé le flux d’utilisateurs.

Testez vos flux d’utilisateurs

Une fois que vous avez une première version approximative, testez votre ou vos flux d’utilisateurs avec quelques utilisateurs potentiels.

Pour cela, il suffit de leur faire faire un tour rapide. Puis demandez-leur de le critiquer en réfléchissant à voix haute.

Vous pouvez leur poser des questions pour lancer la conversation : « Qu’est-ce qui vous a plu ? Que changeriez-vous ? Pourquoi ? Comment le changeriez-vous ? Que manque-t-il à ce flux ? » et d’autres questions similaires.

Améliorez votre ou vos flux d’utilisateurs en conséquence.

Pour concevoir l’interface (comment les choses se présenteront), revenez à vos étoiles du Nord. Mais avant cela, vous devez établir une apparence générale en choisissant des couleurs et des polices.

Tout d’abord, choisissez une paire de polices dans cette liste. Essayez de faire en sorte qu’elle soit familière à vos clients, mais essayez aussi de choisir une paire qui donne le sentiment que vous voulez que vos utilisateurs aient en utilisant votre produit.

Ensuite, choisissez une palette de couleurs. Essayez de choisir une palette qui donne le sentiment que vous voulez que vos utilisateurs aient en utilisant votre produit – mais essayez aussi de la rendre différente de celle de vos concurrents.

Action: Utilisez cet article pour choisir vos couleurs principales. Utilisez ensuite ce site Web pour créer une palette de couleurs basée sur vos couleurs principales.

Concevez votre interface en détail

Vous êtes maintenant prêt à concevoir l’interface en détail. C’est là que le fait de voler comme un artiste entre à nouveau en jeu. Puisque vous avez déjà choisi les couleurs et les polices, vous pouvez vous concentrer sur la mise en page.

Retournez voir vos étoiles du Nord et basez votre conception d’interface sur leurs conceptions existantes. Ne changez pas les choses, sauf si vous avez une raison claire de le faire. Consultez des outils tels que Mobbin pour plus d’inspiration.

N’oubliez pas que la conception ne s’arrête pas à l’interface. Un élément extrêmement crucial et très négligé du design est la rédaction. Tant de choses dépendent de la langue.

Il contribue grandement à la facilité d’utilisation s’il est suffisamment clair. Il donne à votre conception un caractère plus profond si vous pouvez toucher une corde sensible. Il vous permet de tester les choses plus rapidement, plus facilement et à moindre coût. C’est extrêmement important. Je vous recommande vivement d’y consacrer du temps.

Action : Lisez d’abord les bases de la microcopie. Ensuite, continuez à rédiger votre texte en vous basant sur ces règles.

Revenir à la stratégie

Dans la spirale d’itération sans fin que nous appelons la création d’une startup, à cette étape du processus de conception, je vous suggère de faire un pas en arrière et de revenir à votre stratégie.

Plus précisément, revenez à votre objectif et à votre positionnement et voyez si ce que vous construisez y correspond réellement. Bien sûr, vous n’êtes pas obligé et ne devez pas attendre cette étape. Toutefois, veillez à adopter un point de vue critique sur tout et à vérifier que vous poursuivez toujours l’objectif que vous vous êtes fixé.

Ce n’est pas grave s’il y a des changements. Il serait inutile qu’il n’y ait aucun changement après tant de tests et d’apprentissage.

Cependant, si l’essence même de votre objectif et de votre positionnement change, c’est un signe fort que vous devez repenser les choses en profondeur. Sinon, vous risquez de vous retrouver à « pivoter » constamment et sans réfléchir dans la direction qui vous semble la plus intéressante à un moment donné.

Cela vous éloignera de la vision à long terme à laquelle vous devez aspirer. Si vous n’avez pas une telle vision (qui n’a pas besoin d’être révolutionnaire ou de changer le monde), il vous sera très difficile de persister malgré les défis à court terme.

Comme tout autre guide, celui-ci est également incomplet. Essayer de fournir un guide complet est presque un oxymoron en soi.

L’objectif de ce guide, très similaire à celui d’une architecture ou d’un modèle, est de fournir suffisamment d’indications pour saisir l’essence de la réalité de la manière la plus simple possible.

C’est à vous, entrepreneurs, qu’il incombe de déterminer les points sur lesquels ce guide est insuffisant et crée de l’incertitude. C’est, par coïncidence, la compétence ultime que les entrepreneurs doivent posséder : Trouver des solutions dans un contexte d’incertitude extrême

J’espère donc que ce guide vous aidera à lever une partie de l’incertitude à laquelle vous êtes confronté et à accélérer votre parcours pour atteindre votre objectif.

Faites-moi savoir ce que vous pensez et comment je pourrais améliorer ce guide. C’est un premier prototype de quelque chose de plus important sur lequel je travaille. Je sais, c’est un peu trop.